FrançaisInternational English

    Version optimisée pour l'impression Version imprimable

    Presse>Presse 2014

    Presse 2014


    Décembre 2014

    Pierre Véron parmi les meilleurs avocats d’affaires français selon le magazine Décideurs

    Le magazine français Décideurs, Stratégie, Finance, Droit a publié dans son numéro 166, de décembre 2014, les portraits de « 50 avocats d’affaires parmi les meilleurs ». 
    Classé « expert dans les contentieux des brevets d’invention », Pierre Véron a confié au journal son goût pour la technologie.

    Article complet
    1 563 Ko





    Mai 2014

    Sabine Agé nommée Lawyer of The Year 2014 pour la propriété intellectuelle, à Paris, par ses confrères et les directeurs juridiques interrogés par Best Lawyers International.

    Le site américain Best Lawyers International www.bestlawyers.com a dévoilé le 19 mai 2014 le résultat de son enquête auprès des avocats et directeurs juridiques pour désigner l’avocat parisien de l’année 2014 pour les affaires de propriété intellectuelle.

    Le palmarès a été publié par les Échos le même jour.

    Article complet
    1 177 Ko



    Février 2014

    100 % VÉRON

     
    « 100 % patent litigation » : tel est le positionnement et le slogan (affiché sur tous les supports de communication, jusqu'aux cartes de visite des avocats) du cabinet Véron & Associés, entièrement dédié au contentieux des brevets d'invention, et qui compte aujourd'hui 40 personnes (dont 14 avocats) entre Paris et Lyon. « Nous sommes les seuls à avoir un positionnement aussi étroit sur le secteur de la PI, observe Pierre Véron. Ce choix remonte à la création du cabinet en 2001 par quatre avocats qui formaient auparavant l'équipe brevets de Lamy, Véron, Ribeyre & Associés, et il a été affiché vis-à-vis des clients dès l'origine. Au début des années 2000, nos concurrents étaient des boutiques françaises, qui ont beaucoup perdu de leur importance sur le marché lorsque les associés fondateurs sont partis à la retraite. Aujourd'hui, les boutiques spécialisées et les départements PI des cabinets anglo-saxons ont une offre plus large, moins spécialisée que la nôtre - ils font également du contentieux des marques et du dépôt, par exemple. Le marché a évolué mais, avec notre positionnement, cela ne nous a pas affectés. »

    Mais s'il faut savoir se différencier, il faut aussi réussir à maintenir le cap sans déroger à sa stratégie. « Maintenir un positionnement implique de faire des choix et donc de refuser des dossiers. Il faut savoir dire non, même si c'est difficile car parfois on se prive de beaux dossiers », poursuit-il. « Mais nous nous y tenons, assure son associée, Sabine Agé. Ce que nous affichons c'est ce que nous sommes. Il n'y a pas deux discours. »

    Le cabinet ne fait appel pas à des conseils externes et dit avoir facilement accès à
    l'information sur le marché : « Nous sommes sur un marché de très petite taille, rappelle Sabine Agé. On se connaît tous et on se croise très souvent à l'occasion de conférences et de réunions au sein des différentes associations spécialisées nationales et européennes : des lieux où les informations sur le marché circulent en permanence. » Et pour les années à venir, « je ne vois aucune bonne raison de changer de positionnement », reconnaît-elle.

    Article complet
    1 840 Ko